L’épilation laser se pratique depuis plus de 20 ans. Comparativement, l’épilation électrique, pratiquée également par le dermatologue, a 50 ans. Ceci explique que l’épilation laser, plus récente, est moins connue.

Un diagnostic de pilosité est indispensable et préalable avant tout traitement ; il a pour but d’évaluer le mieux possible les résultats à venir. En effet, il est classique de dire que des poils fins et noirs sur peau claire donneront de meilleurs résultats, voire des résultats permanents. Ceci n’est cependant pas la règle. Habituellement le laser a pour but de retarder la repousse des poils tout en diminuant leur diamètre et en les éclaircissant. Leur nombre diminue de façon constante  mais pas sur la totalité de la pilosité: quoiqu’il en soit, le confort de vie est le plus souvent amélioré.

En moyenne, une réduction de 40 à 80 % du nombre de poils est obtenue après 4 à 8 séances, (selon les zones).

L’intervalle devra être de 4 à 6 semaines entre les séances avec – dans certains cas – des séances d’entretien.Ces différents paramètres dépendent de votre cycle pilaire,  de la zone à traiter et d’éventuels stimuli hormonaux. Dans certaines zones, comme le dos, il est utile de réaliser des tests qui permettront d’augmenter la prédiction des résultats mais qui nécessitent environ 9 mois pour être interprétés.

Il est à noter que, toute zone de traitement confondue, 5 % des patients sont non répondeurs, sans qu’aucune cause ne puisse être mise en évidence.

Certains lasers peuvent être utilisés pour le traitement par épilation, tels que les lasers continus Nd : Yag 1064 nm, Diode 810 nm, lampe flash pulsée ou encore laser Q Switched-Yag à impulsion courte. Le choix des appareils se fait lors de la consultation du diagnostic initial en fonction du type de poils, de l’évolutivité de la pilosité et de la zone. Selon les appareils, les traitements peuvent être réalisés même l’été, moyennant l’usage d’un écran solaire.

L’anesthésie n’est pas nécessaire, la gestion de la sensation de brulure s’effectue le plus souvent par  l’application de froid sur la peau.

Les suites normales du laser peuvent être les suivantes : des rougeurs peuvent apparaître lors de l’utilisation de lasers continus ou de lampes flash pulsées;  sur les membres inférieurs principalement, on pourra observer de franches rougeurs pendant une semaine après traitement par  laser  Q Switched Yag.

Les brûlures superficielles sont rares et transitoires (petites croûtes).Les dépigmentations peuvent se voir sur des peaux “tannées”, à la suite de brûlures superficielles ou sur zones bronzées ; elle disparaissent, dans, tous les cas, l’année suivante.

Le principal risque est la pigmentation après le traitement. Pour l’éviter, votre peau devra être débronzée afin de pouvoir bénéficier d’un soin au laser. D’autre part, vous devrez respecter les conseils de photoprotection externe par écran total pendant 30 à 60 jours après la séance. L’exposition solaire, selon votre type de peau, sera interdite pendant cette période.

Les hyperpigmentations régressent en environ 18 mois