L’injection de toxine botulique a pour but de relaxer les muscles et par ce biais d’entraîner une diminution des rides profondes et une disparition des rides superficielles au niveau de la région du front et de la patte-d’oie. Les rides musculaires sont des rides situées au niveau de la peau dont l’origine correspond à un lien entre le derme et le muscle.

Lors de votre examen clinique, s’il y a accentuation progressive des rides cutanées quand vous faites une mimique, on choisira l’injection de toxique botulique car celle-ci donnera des résultats supérieurs aux méthodes alternatives que sont les injections de comblement, le laser de relissage et bien sûr le lifting frontal.

Le rajeunissement obtenu par les injections de toxine botuique a pour contrepartie une diminution, voire une disparition, de certaines expressions du visage.

Le traitement consiste à injecter de très faibles doses de toxique botulique purifiée et atténuée directement dans les muscles afin de diminuer ou bloquer leur hyperactivité, responsable de la formation des rides.

L’anesthésie locale n’est pas nécessaire. La peau n’est pas marquée après l’injection, qui peut se pratiquer en toute saison.

1 à 4 injections sont nécessaires pour obtenir un résultat durable, espacées pour la 2ème injection de 4 à 10 mois d’intervalle ; cet intervalle augmente pour les 3eme et 4ème injections. Une nouvelle injection est habituelle entre le 4ème et le 10ème mois, variable selon les patients.

La prise d’aspirine, d’anti-inflammatoire ou d’anti-agrégants plaquettaires est à éviter dans les 8 jours qui précèdent l’injection.

Certains effets secondaires peuvent être rarement observés :

* ecchymoses,

* mal de tête passager,

* ptosis de la paupière supérieure se manifestant par une ouverture limitée de la paupière : cet effet est rare (0,5% à 5% des cas) et toujours réversible ; un traitement local pourra être prescrit le cas échéant,

* Abaissement des sourcils, résultats asymétriques : une correction sera alors possible par de minimes injections entre le 15ème et le 30ème jour,

* diplopie transitoire (vue double),

* résistance au traitement (peu ou pas d’effets),

* allergie à la toxine botulique.

Ces effets sont d’autant plus rares que les précautions d’usage avant et après injection ont été respectées (pour les précautions après injection, voir “Fiche Conseil après injection”).

Les contre-indications absolues sont la myasthénie, certaines maladies neuro-musculaires, un traitement concomitant avec des aminosies, une allergie à la toxine botulique, et une attente de résultats irréalistes.

Des contre-indications locales relatives existent : cicatrices, dermatoses inflammatoire en poussée. Elles devront être au préalable traitées.

Un traitement anti-coagulant ou anti-agrégant (aspirine, par exemple) à dose efficace en cours nécessite des précautions d’emploi. Nous jugerons de l’opportunité des injections et de la meilleure façon de procéder.

En cas de grossesse même débutante, la date des injections sera reportée après grossesse et allaitement. Vous devez, par conséquent, en cas de moindre doute, effectuer les examens nécessaires et m’en communiquer les résultats.

De même, vous devez signaler si vous êtes traitée par ailleurs par des injections de toxine botulique pour des spasmes pathologiques ou pour une hypersudation. D’une manière générale, vous ne devez pas hésiter à mentionner le moindre problème de santé afin que j’apprécie la possibilité des injections.